Blog simiesque

Je Vous Salue

A cette tristesse un peu amère A cette profonde neurasthénie Qui me saisissaient naguère Et m’enlevaient le goût à la vie A ces histoires «d’amour toujours» A ces mensonges, à cette vermine On y croit comme au premier jour On re-meurt quand ça se termine A la rivière de nos larmes Qui coulera à jamais Moi qui n’ai qu’une seule arme Celle de la rendre trop salée A cette minute de dégoût A ces phrases trop vite prononcées A ces malaises un peu tabous Aux discussions avortées A la seule que j’ai aimée Car je n’aimerai jamais plus A la seule qui m’a tué A qui je dois d’être perdu A ces moments sur le rebord A ces moments d’hésitation Où ce qui décida du sort Fut Dieu, le vent ou une chanson A ces quelques semaines d’espoir A ces quelques jours d’euphorie Où une rencontre au hasard Me servit de thérapie A ces personnes que j’ai aimées Aux rares d’entre elles qui me l’ont rendu Et pour qui, j’en suis honoré, Je ne suis pas qu’un ami de plus A ce papa, à cette maman, Modeleurs de mon enfance Il faudra qu’on prenne le temps, Un jour, de faire connaissance Aux gens heureux et insouciants Dont les ”amis” sont dans le besoin Et qui ne prennent pas le temps De s’arrêter pour en prendre soin Aux beaux parleurs hypocrites Aux demoiselles libérées Les premiers pensent avec leur bite Pourquoi les secondes ne m’appellent jamais? A l’avenir incertain Au passé à oublier A ce soir, à demain matin A la nuit qui va les relier A ces gens qui ont de la peine Et qui s’en vont chercher sauveur Sans se douter que celui qui les aide Est aussi dans le malheur A cette brise de printemps Qui me frappait le visage Quand j’étais encore enfant Sans aucun doute beaucoup trop sage A ces gens qui croisent votre vie Et lui apportent leur lumière A ces autres qui l’obscurcissent, Lui donnent la rigueur de l’hiver A tous ceux que j’ai cités A ceux que je n’aurais pas dû A ceux, enfin, que j’ai oubliés Mesdames, messieurs, je vous salue.

-->

Aujourd'hui Est Un Grand Jour

Aujourd’hui est un grand jour Les gens meurent sur le trottoir Mais il neige dans la cour Et ça fait plaisir à voir Aujourd’hui est un grand jour Soyons heureux, les Fêtes approchent Et l’hiver, comme toujours Me glace le sang et la caboche Dans les ministères on s’atèle A préparer avec le sourire La joyeuse fête de Noël Alors que dehors tout s’empire Encore quelques promesses de dons Et à la télé plein d’amour Adieux les rêves, révolutions Aujourd’hui est un grand jour Aujourd’hui est un grand jour Les arbres fleurissent dans les parcs Bientôt, nous aurons deux tours Pour élire notre énarque Aujourd’hui est un grand jour La nature reprend ses droits On remarque à peine, au détour Que certains n’en ont toujours pas Et puis arrive l’été Avec son lot de séries Le peuple est devant la télé Il se tient plus tranquille ainsi La vie est une sine cure La chaleur est de retour Mais pas l’humaine bien sûr Aujourd’hui est un grand jour Aujourd’hui est un grand jour Le bleu laisse place au gris L’automne sanglote alentours Les feuilles tombent et moi aussi Aujourd’hui est un grand jour Vive les batailles de marrons D’aucuns s’en prennent plus qu’à leur tour Ce n’est pas une histoire de saison Aujourd’hui est un grand jour Les gens meurent sur le trottoir Mais il neige dans la cour Et ça fait plaisir à voir Encore quelques promesses de dons Et à la télé plein d’amour Adieux les rêves, révolutions Aujourd’hui est un grand jour

-->

Le Melon

I am the one, you pray I am the one, you can’t say Whether you’re scared or happy Please stop staring at me Ma tête se resserre Elle va exploser Je ne touche plus terre D’aucun côté Regarde encore L’homme devant toi Cet homme qui t’abhorre, Tu l’adores déjà I am the king of the World You are my thing, I’m the Lord You are like pets, I’m a star I have no regrets, il est trop tard J’ai pris le melon Je n’me sens plus pisser Et mes chevilles craquent De tous côtés Je m’aime autant Que je me hais Les gens me regardent Me consumer / M’assassiner

-->

Jean-Paul

Regardez Monique, Elle marche en roulant, Elle est grosse comme une barrique, C’est pas étonnant. Regardez-la, toute la journée A s’empiffrer pour oublier Son con de mari. Il s’appelle Jean-Paul, Et il a un boulot: Employé de mairie, Il trouve ça rigolo, Toute la journée à faire chier Les immigrés qui viennent Chercher leurs papiers. Il faut dire que Jean-Paul, Ce petit trou d’balle, Comme d’autres ont la vérole, Lui, vote Front National.

-->